Bandeau PixAuto.net

Le Mag 100% numérique sur la moto et l'automobile

Mercedes-Benz : « Les Belles Étoiles » au Grand Palais - 1/2

130 ans après sa naissance, le groupe Daimler a investi, le temps d’une bien trop courte journée, un lieu qui a marqué l’histoire de l’automobile, pour célébrer cet anniversaire avec le grand public.
C’est sous la majestueuse coupole du Grand Palais où s’est tenu en 1901 le « premier salon de l’auto », avec près de 600 stands, que la marque à l’étoile a commencé à écrire sa légende et qu’elle y a régulièrement dévoilé ses innovations en termes de technologies et de design. A la faveur de l’événement « Les Belles Etoiles », Mercedes-Benz a mis en avant son patrimoine historique et l’esprit novateur d’une marque dont l’histoire se confond avec celle de l’automobile, en exposant des modèles très variées qui ont écrit les plus belles pages de l’histoire de Mercedes-Benz et qui assurent un trait d’union entre le passé, le présent et le futur. Voici une sélection pour le plaisir des yeux de véhicules de compétition ou de tourisme...

  • Les-Belles-Etoiles, Tricycle Benz
    1 - Les légendes de l’étoile - Tricycle Benz (reconstruction).
    En déposant des brevets pour leur tricycle à explosion il y a cent-trente ans, Karl Benz et Gottlieb Daimler, les pères fondateurs de la société Daimler AG, marquent l’acte de naissance officiel de l’automobile. En 1886, alors que la bicyclette est encore à ses balbutiements et que la locomotion hippomobile occupe le devant de la scène, le tricycle Benz symbolise une nouvelle forme de mobilité. Propulsé par un moteur mono-cylindre de 954 cm3 développant 0,75 ch et alimenté par de l’essence minérale, ce véhicule est le symbole d’une société qui s’apprête à basculer dans le XXe siècle et à faire l’apprentissage de la vitesse. Léger (265 kg) et maniable, le premier véhicule de Benz peut atteindre une vitesse de pointe de 16 km/h. La technique est encore embryonnaire : une poignée dressée au bout du long bras vertical – surnommée « queue de vache » - fait office de volant et le tricycle ne possède pas de marche-arrière. Mais il fonctionne et permet aux deux génies de la mécanique de se tailler une belle réputation. En 1890, Daimler fonde la Motorengesellschaft pour accroître sa capacité de production et l’étendre aux véhicules industriels, aux camions, aux autobus...
  • Les-Belles-Etoiles, Etoile Concept Vision Tokyo
    2 - Concept car - Le futur par anticipation !
    Chez Mercedes-Benz, les concept cars ne sont jamais innocents. Ces prototypes qui jouent les premiers rôles dans les salons automobiles internationaux entretiennent le rêve automobile et servent de support à des études qui portent sur le développement technologique autant que sur l’innovation conceptuelle ou esthétique.
    Ces pièces uniques réalisées à la main par les équipes de la direction du design nous projettent dans l’avant-garde où préfigurent des modèles de série. Conçus comme des oeuvres d’art, ces véhicules sont des indicateurs de tendances et préparent le public à des conceptions nouvelles ou à l’évolution des codes stylistiques. Les designers de Mercedes-Benz réalisent plusieurs concept cars par an, signe de leur insatiable créativité.
  • Les-Belles-Etoiles, Mercedes Concept Vision Tokyo
    3 - Vision Tokyo.
    Ce concept dévoilé à l’automne dernier dans le cadre du salon de Tokyo s’inscrit dans la continuité du concept F 015 mais il a été développé en tenant compte des exigences et des besoins de la génération Z, des personnes nées après 1995 et férues de design et de nouvelles technologies. “La Mercedes-Benz Vision Tokyo incarne le concept d’un salon automobile pour une future génération de mégapoles”, a expliqué Gorden Wagener, le chef du design de Daimler.
  • Les-Belles-Etoiles au Grand Palais, Concept Vision Tokyo
    4 - Autour de lignes monolithiques qui semblent sortir d’un film de science-fiction, ses équipes ont créé un habitacle particulièrement futuriste reposant sur une ambiance lounge apaisante et unique. Particulièrement intelligente, la Vision Tokyo reconnaît ses occupants et à chaque voyage devient plus familiere avec eux, enregistrant leurs goûts et leurs préférences. La Vision Tokyo est propulsée par un moteur électrique alimenté par une pile à combustible. Le concept Vision Tokyo affiche une autonomie totale de 980 km.
  • Les-Belles-Etoiles, Mercedes Concept IAA Avant
    5 - Concept IAA.
    IAA est l’acronyme de « Intelligent Aerodynamic Automobile ». Réalisé en moins de onze mois grâce aux performances de la numérisation, le Concept IAA, présenté au salon de l’automobile de Francfort en septembre 2015, offre deux voitures en une, associant un record mondial de fluidité avec un Cx aérodynamique de seulement 0,19 et le style fascinant d’un coupé 4 portes.
  • Les-Belles-Etoiles, Mercedes Concept IAA Arriere
    6 - La principale caractéristique du Concept IAA est de changer de morphologie au-dessus de 80 km/h. La carrosserie, qui constitue une évolution du design de la Classe S et de la Classe S Coupé, s’allonge à l’arrière pour porter la longueur de 5,04 m à 5,43 m.
  • Les-Belles-Etoiles, Allonge Arriere Concept Iaa
    7 - Dans cette position « Aéro », le Cx aérodynamique du Concept IAA descend de 0,25 à 0,19 au profit d’une diminution des bruits d’air et de la consommation.
  • Les-Belles-Etoiles, Mercedes Concept GLC Coupe
    8 - Concept GLC Coupé.
    Dévoilé en avril 2015 lors du salon de Shanghai, le concept GLC Coupé annonce l’arrivée d’un nouveau modèle dans la catégorie des SUV compacts. Ses lignes athlétiques marquées et un pavillon fuyant s’inspirent nettement du GLE Coupé. Le tempérament sportif de ce concept campé sur de généreuses roues de 21 pouces est conforté par la présence d’un V6 à injection directe d’essence biturbo délivrant une puissance de 367 ch et un couple de 520 Nm. Ce moteur est associé à une transmission automatique 9G-TRONIC.
  • Les-Belles-Etoiles, Mercedes Prototype C111-II
    9 - Prototype C111-II.
    Dès la fin des années 1960, Mercedes-Benz s’intéresse au développement de motorisations alternatives. Sous la peau d’un prototype très futuriste ressuscitant les portes papillon de la mythique 300 SL de 1954, la C111 expérimente la technologie du moteur rotatif imaginée par l’ingénieur allemand Félix Wankel. Quelques mois après une première mouture, Mercedes-Benz présente au Salon de Genève 1970 une seconde version nettement améliorée sur les plans de l’aérodynamique et des performances. Désormais pourvu de quatre pistons rotatifs, cet original moteur de 4,8 litres de cylindrée alimenté par une injection directe voit sa puissance passer de 280 à 350 ch à 7 000 tr/min. Le prototype C111-II, qui sera produit en six exemplaires, revendique une vitesse de pointe de 300 km/h.
  • Les-Belles-Etoiles, Mercedes C111-II arriere
    10 - Mercedes C111-II.
    Année de fabrication : 1970. Nombre d’exemplaires produits : 6. Moteur : rotatif à quatre pistons de 4 800 cm3. Puissance : 350 ch. Transmission : manuelle à 5 rapports. Dimensions (Lxlxh) : 4,44 x 1,80 x 1,12 m. Vitesse maximale : 300 km/h.
  • Les-Belles-Etoiles, Mercedes 500K Roadster
    11 - 500 K Roadster.
    A partir de 1934, le rayonnement de Mercedes-Benz s’appuie notamment sur la 500 K Roadster, le « top » de la gamme de l’époque. Avec ce véhicule présenté au salon de Berlin, le constructeur allemand porte le confort et la performance à un niveau jamais atteint auparavant. Voiture de tous les superlatifs, la 500 K Spezial Roadster impose de nouvelles références sur le segment des automobiles de très grand luxe avec sa robe d’une rare élégance, son moteur 8-cylindres et son intérieur raffiné. Chaque exemplaire de la 500 K est réalisé à l’unité, par l’atelier carrosserie de la marque ou un intervenant extérieur, en tenant compte des exigences du client. En 1936, la 500 K est facturée 28 000 reichsmarks, l’équivalent d’une villa de 12 pièces dans un emplacement privilégié de Berlin.
    Année de fabrication : 1934-1936. Nombre d’exemplaires produits : 29. Moteur : 8 cylindres à compresseur de 5 018 cm3. Puissance : 160 ch. Transmission : manuelle à 4 rapports. Vitesse maximale : 160 km/h.
  • Les-Belles-Etoiles, Mercedes 190 SL Cabriolet
    12 - 190 SL
    Mercedes-Benz a toujours pris soin de couvrir la majorité des demandes de la clientèle. Ainsi, le 6 février 1954, les visiteurs du salon de New York découvrent à côté de la fameuse 300 SL, un petit cabriolet, plus simple et plus abordable. Affichant une grande proximité esthétique avec sa grande soeur, la 190 SL s’en démarque par son 4-cylindres à un arbre à cames en tête et sa conception monocoque héritée de la nouvelle berline 180, dite « ponton ». A l’origine, ce roadster à 2 places (+1 en option) n’était livrable qu’en gris argent métallisé coordonné à une capote en toile enduite noire. Ce n’est qu’à partir de fin 1957 que le catalogue s’étoffe de coloris variés. Aujourd’hui, la 190 SL fait le bonheur des collectionneurs.
    Années de fabrication : 1955-1963. Nombre d’exemplaires produits : 25 881. Moteur : 4-cylindres à deux carburateurs Solex de 1 897 cm3. Puissance : 105 ch. Transmission : à 4 rapports. Dimensions (Lxlxh) : 4,22 x 1,74 x 1,32 m. Vitesse maximale : 170 km/h. Performances (0 à 100 km/h) : 11,2 secondes.
  • Les-Belles-Etoiles, Nouvelle Gamme Cabriolet classe C
    13 - Classe C 300 Cabriolet, la descendance de la 500 K.
    Dernière grande nouveauté de Mercedes-Benz, le premier cabriolet dérivé de la Classe C étoffe la famille des modèles à capote en tissu. Empruntée à la Classe S, celle-ci répond aux sévères exigences de qualité imposées en matière de longévité et de fonctionnalité. Elle s’ouvre et se referme en 20 secondes, jusqu’à une vitesse de 50 km/h. Fermé ou décapoté, le cabriolet 4 places brille par sa personnalité, son expressivité et son caractère racé. Il peut être équipé en option du pare-vent électrique AIRCAP et du chauffage de nuque AIRSCARF, pour un niveau de confort exceptionnel lors des escapades à ciel ouvert.
    Moteur : 4-cylindres essence turbo de 2 litres. Puissance : 180 kW / 245 ch. Couple : 370 Nm. Boîte de vitesses automatique à 9 rapports 9G-TRONIC. Dimensions (Lxlxh) : 4,68 x 1,81 x 1,40 m. Consommation (cycle mixte) : 6,7 l/100 km. Emissions de CO2 (cycle mixte) : 151 g/km. Vitesse maximale : 250 km/h. Performances (0 à 100 km/h) : 6,4 secondes.
  • Les-Belles-Etoiles, Mercedes W25 Poste Pilotage
    14 - Compétition - La passion des défis.
    La compétition est dans les gènes de Mercedes-Benz. Championnats de monoplaces, de voitures de tourisme ou de rallyes, de GT et de prototypes d’endurance : Mercedes a relevé tous les défis depuis sa naissance.
  • Les-Belles-Etoiles, Mercedes-Benz W25 et W196R
    15 - W25
    Avec la W25 naît la légende des Flèches d’Argent. Pour leur première apparition, le 3 juin 1934, dans le cadre de l’International Eiffel Rennen disputée sur le circuit du Nürburgring en Allemagne, la nouvelle Mercedes de Grand-Prix n’arbore pas sa livrée blanche, couleur habituelle des voitures allemandes. Pour gagner du poids, la carrosserie en aluminium se présente en effet nue et brute, ce qui va lui valoir le qualificatif de « Flèche d’Argent ». La W25, pilotée par l’allemand Manfred von Brauchitsch, domine l’épreuve et remporte haut la main la victoire devant un public venu des quatre coins de l’Allemagne. Ce succès retentissant marque le début d’une série de victoires de cette voiture. Revendiquant un poids d’à peine 750 kilos pour une puissance de 320 ch obtenue grâce à un 8-cylindres en ligne de 3,4 litres suralimenté, la W25 est capable d’atteindre plus de 280 km/h. En 1935, Rudolf Caracciola devient champion d’Europe en remportant pas moins de six Grands-Prix à son volant devant l’italien Luigi Fagioli, auteur de « seulement » trois victoires.
  • Les-Belles-Etoiles, Mercedes-Benz Renntransporter
    16 - Renntransporter
    Mercedes-Benz rapproche les univers du véhicule utilitaire et de la compétition à l’occasion du championnat du monde de Formule 1 de 1955. Dans sa quête de suprématie, Alfred Neubauer, le directeur du département compétition de la marque, décide de construire un « camion » hors norme à partir d’un puzzle détonant d’éléments de la banque d’organes Mercedes-Benz. Empruntant sa cabine à une berline « ponton », reposant sur le châssis inspiré de celui de la limousine 300 S, ce camion plateau adopte le six-cylindres en ligne de la mythique 300 SL à portes papillon, dégonflé à 192 chevaux. Capable d’atteindre la vitesse impressionnante de 170 km/h, ce camion va rendre de fiers services à l’écurie de course. Au-delà de l’aspect promotionnel qu’il ne manqua pas de provoquer sur les circuits et ailleurs, le « Renntransporter » participa à l’efficacité de l’organisation mise en place par Neubauer. Ainsi, lors du Grand Prix de Monaco, il effectua un aller-retour express à Stuttgart dans la nuit précédant les essais qualificatifs pour aller chercher la voiture de réserve, à la suite de la sortie de route de Hans Hermann, la F1 type W 196 de ce denrier ayant été détruite lors de la première séance d’essais du jeudi.
    A la fin de la saison 1955, contrat rempli avec deux nouveaux titres mondiaux dans son escarcelle, Mercedes envoie le Renntransporter, pourvu d’une 300 SLR, réaliser une tournée commerciale aux Etats-Unis. A son retour en 1957, il fut remisé en attendant la naissance du musée de la marque puis finalement détruit au début des années 80. En 1993, Mercedes décide d’en faire reconstruire deux exemplaires. Le résultat témoigne du souci d’authenticité et d’excellence de la marque.
  • Les-Belles-Etoiles, Mercedes W196 R Monoposto
    17 - W196 R Monoposto.
    Au début des années 1950, Mercedes-Benz s’appuie sur l’avènement d’une nouvelle réglementation sportive pour lancer un vaste programme compétition (Formule 1 et endurance). Après les succès des 300 SL (24 Heures du Mans, Carrera Panaméricaine), Stuttgart part d’une feuille blanche pour concevoir la W 196, une monoplace qui va bouleverser la face du sport et dominer les championnats du monde de Formule 1 en 1954 et 1955 avec un Juan-Manuel Fangio deux fois couronné. La nouvelle « Flèche d’Argent » multiplie les raffinements technologiques. Totalement inédit, le 8 cylindres en ligne, en deux blocs de quatre de 2,5 litres de cylindrée, innove en adoptant une injection directe et une distribution desmodromique afin de supprimer les vibrations des ressorts de soupapes au-dessus de 8 000 tr/min. De l’ordre de 257 ch à 8 250 tr/min lors de sa première apparition, la puissance passera à 280 ch à 8 700 tr/min à la fin de sa carrière. Rien ne fut laissé au hasard sur cette monoplace, et le moteur fonctionnant avec un carburant spécial fut installé incliné de 53 degrés pour réduire la hauteur du capot et privilégier la finesse aérodynamique de la voiture. L’architecture impose une position de conduite peu académique avec les jambes disposées de part et d’autre du tunnel de transmission. Deux versions de carrosserie sont développées : carénées ou roues découvertes. La première des deux, qui permet à Mercedes de renouer avec le succès dès les débuts de la voiture au Grand-Prix de France 1954 sur le circuit de Reims, fut abandonnée après que Fangio, gêné par l’encombrement de sa carrosserie lors du Grand Prix de Silverstone la même année, heurta les fûts remplis de sable servant à baliser les virages. Cette monoplace, qui a permis à Mercedes-Benz de dominer la discipline reine du sport automobile pendant deux saisons, est une pièce maîtresse du patrimoine de l’automobile.
  • Les-Belles-Etoiles au Grand Palais, Mercedes W196R
    18 - Années de fabrication : 1954 – 1955. Nombre d’exemplaires produits : 14. Moteur : 8 cylindres en ligne à injection directe de 2 500 cm3. Puissance : 257 à 280 ch. Transmission : manuelle 5 rapports. Dimensions : voies avant 1,33 m, voies arrière 1,36 m. Empattement : 2,35 m puis 2,21 m et 2,15 m. Poids : 650 kg.
  • Les-Belles-Etoiles, Mercedes-Benz CLK LM
    19 - Mercedes-Benz CLK-LM racing touring car.
    A la fin des années 1990, Mercedes-Benz saisit avec AMG l’opportunité de l’avènement du championnat du monde FIA GT pour lancer l’étude d’une voiture de course capable de défendre les couleurs de la marque. Sous une silhouette spectaculaire en fibre de carbone empruntant certains traits de style au CLK proposé au catalogue, la division sportive AMG a développé une structure tubulaire sur laquelle est installé, en position centrale arrière, un V12 à 48 soupapes dérivé de celui du SL 600. Alors que la cylindrée passe de 5 987 à 6 898 cm3, ce bloc perd une trentaine de kilos grâce à l’emploi de matériaux plus précieux. La puissance bondit de 394 ch à plus de 600 ch. Le CLK-GTR domine les saisons 1997 et 1998 du championnat FIA-GT. La première année, Bernd Schneider inscrit son nom au palmarès. Mercedes remet son titre en jeu en 1998 en développant une nouvelle voiture animée par un V8 de 5 litres. La marque confirme sa suprématie et c’est au tour de Klaus Ludwig et de Ricardo Zonta de remporter le championnat.
    Moteur : V8 essence de 5 litres. Puissance : 441 kW / 600 ch. Couple : 775 Nm. Boîte de vitesses séquentielle à 6 rapports. Dimensions (Lxlxh) : 4,85 x 1,95 x 1,16 m. Vitesse de pointe : + 360 km/h.
  • Les-Belles-Etoiles, Mercedes AMG F1 Lewis Hamilton
    20 - Mercedes AMG F1 W06 Hybrid - Formule 1 (2015).
    De fournisseur attitré de moteurs à des écuries phares du championnat du monde de Formule 1, Mercedes-Benz a changé de dimension en devenant une écurie complète, à partir de la saison 2010 avec Michael Schumacher. Depuis 2014 et l’entrée en vigueur d’une nouvelle réglementation reposant notamment sur une motorisation hybride associant un V6 1,6 turbo à un module électrique et permettant de réduire l’empreinte carbone des F1 d’environ 30 %, l’écurie Mercedes AMG PETRONAS F1 a montré qu’elle maîtrisait parfaitement les nouvelles technologies. En 2014 et en 2015, Lewis Hamilton a remporté les deux titres de champion du monde devant son équipier Nico Rosberg. L’an dernier, l’écurie a établi un nouveau record : 12 doublés et 32 podiums.
  • Les-Belles-Etoiles, Cockpit Mercedes AMG F1
    21 -
  • Les-Belles-Etoiles, Formule 1 Mercedes AMG Hybrid
    22 - Mercedes-Benz F1 W07 Hybrid - Formule 1 (2016).
    L’écurie Mercedes-AMG PETRONAS F1 profite cette saison de la stabilité du règlement pour peaufiner le concept de la monoplace de l’année dernière. Depuis le début de la saison, la monoplace W07 Hybrid réalise un parcours quasiment sans faute. L’écurie ne relâche pas son effort pour continuer à exercer sa domination. La principale nouveauté de la première moitié de la saison 2016 tient à la performance de Nico Rosberg. L’Allemand mène aux points et au nombre de victoires devant son équipier anglais. Mercedes-Benz motorise également 3 équipes : Williams, Force India et Manor (plusieurs podiums en 2016).
  • Les-Belles-Etoiles, Mercedes AMG GT Safety F1
    23 - Mercedes AMG-GT Safety F1 et AMG GT3.
    Depuis 2000, Mercedes-Benz est le fournisseur officiel de la voiture de sécurité du championnat du monde de F1. La première épreuve de la saison 2015, le grand prix de Melbourne en Australie, a marqué l’entrée en scène de la nouvelle AMG-GT S. Second véhicule entièrement développé par l’entité Mercedes-AMG, ce modèle constitue la voiture de sport idéale pour mener cette mission. Son architecture à moteur central avant et boîte de vitesses à l’arrière selon le principe transaxle, le V8 biturbo à lubrification à carter sec, la transmission à double embrayage et le châssis composé d’éléments en aluminium et les freins en carbone céramique sont particulièrement adaptés à un usage intensif en circuit. Bernd Mayländer, le pilote officiel de la voiture de sécurité officielle de la F1, ne tarit pas d’éloges sur sa nouvelle compagne. Le pilote allemand partage le cockpit du coupé avec Peter Tibbetts. « Nous sommes en stand-by à la sortie du pit-lane, prêt à intervenir en cas d’incident sur la piste ou de pluie diluvienne nécessitant un regroupement des monoplaces », dit-il. Bien née, l’AMG-GT S n’a eu besoin que d’un faible nombre de modifications pour se conformer au cahier des charges stricts de la FIA (Fédération Internationale de l’automobile). Proche de la voiture de série, l’AMG-GT S qui fait office de voiture de sécurité est ainsi capable d’entrer en action très rapidement et de guider les monoplaces autour des circuits en maintenant une cadence suffisamment élevé afin d’éviter le refroidissement des pneumatiques et des freins des Formule 1.
    Mercedes-AMG GT3
    Les différents championnats pour voitures de grand tourisme dans le monde offrent un cadre propice à l’expression de l’exclusif et sportif coupé AMG-GT. Pour la saison 2016, les ingénieurs et les techniciens du département compétition de Mercedes-AMG ont développé une GT3 vraiment redoutable. Le moteur V6 6,3 litres a été optimisé. Il adopte la lubrification par carter sec et, au profit d’une parfaite répartition des masses, la boîte de vitesses séquentielle à 6 rapports est installée à l’arrière. La Mercedes AMG GT3 a magistralement débuté la saison, réalisant un quadruplé historique aux 24 Heures du Nürburgring en mai dernier, l’épreuve la plus renommée de la saison.
  • Les-Belles-Etoiles, Mercedes AMG DTM 2016
    24 - Mercedes-AMG DTM 2016.
    Mercedes-Benz est le constructeur le plus assidu du championnat allemand de voitures de tourisme DTM (Deutsche Tourenwagen Masters). Conçues et construites par le constructeur, les voitures sont engagées et exploitées par des écuries privées. Depuis le début de la saison, la marque remet son titre en jeu en engageant de nouveaux coupés Classe C Coupé propulsés par un V8 4 litres délivrant 490 chevaux à 7 500 tr/min. La Mercedes-AMG C Coupé 63 DTM se distingue par des appendices aérodynamiques et des performances vraiment spectaculaires. Toujours très disputées, réservant des duels portière contre portière ou de nombreuses poussettes, les courses de DTM sont devenues très populaires outre-Rhin.
  • Les-Belles-Etoiles, Mercedes AMG DTM 2016
    25 -
Remonter